So-called idiopathic scoliosis
SKOLIOZA / SCOLIOSIS Déformation scoliotique / France POLISH VERSION
 
(1) So-called idiopathic scoliosis
(2) Development of scoliosis
(3) Types of scoliosis
(4) Examination in scoliosis / TESTS
(5) Old "wrong" treatment (pitfalls)
(6) New rehabilitation exercises / RESULTS
(7) Opinions - reports from parents
(8) List of lectures
(9) FOTOS / PHOTOS WYK£ADY / LECTURES
(10) Scoliosis - article
(11) Publications
(12) Others illnesses
Out Patients Clinic
(14) Scoliosis in English  English version
(15) Skoliose in Deutsch  Detush version
Letters from abroad  English version
(17) Article published in USA & Canada 2013-2015
Déformation scoliotique / France  
Scoliosis in Spanish / Escoliosis en Español 
ABC of scoliosis 1995-2007

Partner / ksi±¿ki / books:
 

 

Bonjour, chers Amis de France. Cette page est prete depuis quelques annees. La traduction en francais par Mme Elzbieta Karolak de l'Universite de Medecine a Lublin (premiere correction).

Suplementaire correction (5.02.2011) – Mme Halina Woloszynska de l’Universite Maria Curie – Sklodowska a Lublin.


Ce chapitre a ete prepare par le Professeur titulaire docteur en sciences médicales Tomasz Karski

tmkarski@gmail.com / t.karski@neostrada.pl - 20-825 Lublin, Urocza 19, Lublin / Praxis (Out- Patient Clinic).

 

Scoliosis dite „idiopathica” Déformation scoliotique

 

La scoliose dite idiopathique - la déformation latérale de la colonne vertébrale – mais la deformation en quelques dimensions – était il n’y a pas encore longtemps (1995) considérée comme une mystérieuse déformation de la colonne vertébrale et du corps! En est-il toujours ainsi ?

Non plus - et c’est grâce aux recherches scientifiques effectuées à Lublin (1995 – 2007)!

Informations importantes pour les Médecins et les Parents en France et pour les personnes parlant francais !

[si vous cliquez a gauche vous trouvez plusieurs cours (wyklady) sur ce sujet (temat)]

Si vous avez des questions ou des commentaires, écrivez (en anglais), s’il vous plaît, au courrier électronique à l'adresse : tmkarski@gmail.com / ou t.karski@neostrada.pl


Les scolioses sont un des plus fréquents (en Pologne 8 %) défauts chez les enfants et les adolescents. Elles provoquent la déformation, l'enlaidissement, l’insuffisance motrice, respiratoire et de circulation, et sont souvent la cause des douleurs.

Jusqu’en 1995, on ne connaissait pas les causes de cette déformation, ce qui rendait impossible une prévention efficace. De même, il n’était pas possible non plus de proposer des traitements de rééducation à succès. La prevention de cause n’était pas possible.

Nous vous invitons à prendre connaissance des informations détaillées sur la manifestation et le traitement des scolioses ainsi que d'autres maladies, défauts et déformations du corps chez les enfants.

Les plus importantes remarques concernant les scolioses :

1995 – premier cours sur les scolioses en Hongrie (Congres a Szeged)

1997 – on a remarque que tous les enfants « sont debout sur la jambe droite en position ‘repos’»

2001 – on a decrit deux groupes de scoliose (I epg et II epg)

2004 – on a decrit le troisieme groupe de scoliose (III epg)

2006 – on a decrit 'trois systèmes biomécaniques' des deux hanches"

2007 – on a explique « pourquoi les enfants aveugles (niewidomy) n’ont jamais de scoliose ».

On a decrit les relations indirectes du Central Nerves System avec la scoliose. Chez les enfants (nourissons et petits enfants) et avec MBD (minimal brain disfunction) et avec ADHD. Chez ces enfants on observe : a/ ‘extension position’ du rachis, b/ ‘anterior tilt’ du pelvis, c/ flexibilite de toutes les articulations (Prof. Harald Tom - Heidelberg).

*************************************** [1] Informations préliminaires

Il y a déjà environ 26 ans, nous avons constaté que tous les enfants atteints de la scoliose dite idiopathique subissent la réduction des mouvements de la hanche droite - du mouvement d’adduction, de la rotation intérieure et de l’extension. Il y a "trois modèles» ou autrement - 'trois systèmes biomécaniques' de rapports réciproques de mouvements des deux hanches" (les observations precises 2006). En dependence de ces 'trois systèmes biomécaniques' on observe « trois groupes et quatre types de scoliose «. Les voila: « S » Iepg, « C » II/A epg, « S » II/B epg, « I » III epg.

 

A/ « S » I epg / La hanche droite présente la contracture - c'est-à-dire, une importante perte (utrata) de mouvements, par contre dans la hanche gauche les mouvements sont possibles dans une grande amplitude. Dans un tel "système biomécanique" se forme une scoliose double - "S" du Ier groupe etiopathogénétique (I epg). Ses traits caractéristiques, ce sont: deux déformations qui apparaissent simultanément - lombaire gauche, thoracique droite, la rigidité du rachis (colonne vertébrale), une gibbosité du cote droit. La cause: on observe le rapport avec la marche et la station «au repos» sur la jambe droite. Certains types de cette scoliose (I epg) sont « lordoscoliosis ».

B/ « C » II/a epg / « S » II/B epg / La hanche droite manifeste une perte de mouvements, mais dans la hanche gauche les mouvements sont possibles dans une grande amplitude. Dans un tel "système biomécanique " se forme une scoliose en "C" (une seule (jedyna) déformation, sans rigidité de la colonne vertébrale, sans bosse (garb)), ou une scoliose en "S" (deux déformations – déformation thoracique se forme comme secondaire, sans rigidité de la colonne vertébrale, sans bosse ou petit). Ce sont des scolioses du II groupe etiopathogénétique (« C » II/A epg et « S » II/B epg). Il y a là le rapport seulement avec la station « au repos » sur la jambe droite. Certains types (« S » II/B epg) sont « kiphoscoliosis / kifoscoliosis ».

C/ « I » III epg / La hanche droite démontre la contracture, c'est-à-dire, une grande perte de mouvements, mais dans la hanche gauche, les mouvements deviennent aussi limités. Dans un tel système biomécanique" se forme "une scoliose sans déformations" ou avec des déformations minimes, sans bosse ou avec une bosse minime - c'est-à-dire, c’est un défaut avec "la colonne vertébrale toute droite" - "I"/ III epg. Le rachis est raide (sztywny), tout droit (prosty); le dos est plat comme "une planche"(!). Il y a là le rapport avec la marche. Il n’y a pas de rapport avec la station sur la jambe droite (toutes les deux hanches sont aussi stabiles).

Tous ces types de scoliose se manifestent quand l'enfant commence à se tenir debout (pozycja stoj±ca) et à marcher, donc à l’âge de 3 - 4 ans déjà!

***************************************

[2] Un peu plus des informations historiques.

Jusqu’en (a¿ do) 1995, on ne connaissait pas les causes de cette déformation ce qui rendait impossible une prévention efficace. De même, il n’était pas possible non plus de proposer des traitements de rééducation à succès.

En 1995, au Congrès d’Orthopédie à Szeged / en Hongrie, le professeur T. Karski a donné une première conférence sur l’étiopathogénèse biomechaniques des scolioses dites idiopathiques: Voila le sujet de cette conférence:

Karski T. (1995): "Contracture of the pelvis and hips la region in the development of scoliosis. Biomechanic reasons. Etiology of the so-called "idiopathic scoliosis" Annual Meeting of the Hungarian Orthopaedic Association, June 8-11,1995, Szeged, Hungary, Abstracts, 38.


La détection des facteurs étiologiques biomécaniques rend (umo¿liwia) possible un nouveau traitement de rééducation - et ce qui est essentiel - elle permet la prévention causative de cette déformation. Au fur des années suivantes, les connaissances sur les scolioses dites idiopathiques se sont accrues et les discussions – qui se sont déroulées en général à l'étranger - ont aussi contribué à l’enrichir (1995 – 2007).

 

On repete ici les dates importantes dans la description de l'étiologie et dans la classification des scolioses correspondent aux années: 1997, 2001, 2004, 2006, 2007 (cf. ci-après).

En ce qui concerne «l'étiologie des scolioses", il convient de citer en particulier les inestimables recherches antérieures du professeur Hans Mau (Allemagne, Tubingen), et en ce qui concerne les traitements - les observations du professeur Stefan Malawski (publiées dans Chir. Narz. Ruchu i Ortop. Polskiej Chirurgie des Organes Moteurs et Orthopédie Polonaise, 1994) de Varsovie / Otwock, ainsi que les recherches du docteur Renata Tomaschewska et de Barbara Popp (Tomaschewski Renate, Popp Barbe; "Die Funktionelle Behandlung der beginnenden idiopathischen Skoliose". Jahann Ambrosius Barth, Leipzig Heidelberg 1992, 1-96. Allemagne).

 

[3] Les dates clés dans les recherches sur l'étiologie des scolioses dites idiopathiques:

1995 - la description des facteurs étiologiques biomécaniques liés à la différence entre les mouvements des deux hanches – le Congrès d’Orthopédie à Szeged.

La première publication complète sur le sujet de l'étiologie des scolioses dites idiopathiques dans Orthop. Praxis/Germany/Allemagne:

()Karski T. (1996). "Kontrakturen und Wachstumsstörungen in Hüft und Beckenbereich in der Ätiologie der sogenannten 'Idiopathischen Skoliosen' - biomechanische Überlegungen", Orthop. Praxis, 3/96, 32:155-160.

1997 – conclusion que tous les enfants avec scoliose ont l'habitude de se tenir debout "au repos" uniquement sur la droite jambe sur PKD (PKD - abréviation en polonais : membre inférieur droit = mid).

Important: ce facteur est essentiel dans l’évolution des scolioses. Ce phénomène a été décrit dans le chapitre (3) "Types de scoliose / Types of scoliosis" (cliquer à gauche).

2001 - la définition du I epg et du II groupe étiopathogénétique (epg) des scolioses - (I epg - "S" – la scoliose primaire double, avec la gibbosité, II/A epg - "C" - la déformation « a un arc », gauche, II/B epg - "S" – la scoliose double - la déformation lombaire primaire, la déformation thoracale secondaire, sans rigidité, sans gibbosité).

En 2004 – on a decrit le troisieme groupe de scoliose (III epg). C’est une deformation consistant ‘a une rigidite’ du rachis. Elle a ete connue (znana) dans le monde entier, mais personne ne savait que ‘c’etait une scoliose’.

En 2006 – on a decrit 'trois systèmes biomécaniques' des deux hanches". C’est le plus important pour decrire ‘le type de scoliose’.

En 2007 – on a explique « pourquoi les enfants aveugles (niewidomy) n’ont jamais de scoliose ».

On a decrit aussi les relations indirectes du Central Nerves System chez les petits enfants et la scoliose chez les enfants plus ages.


[4] Publications suivantes:

() Karski T. (2002) "Etiology of the so-called idiopathic scoliosis. Biomechanical explanation of spine deformity. Two groups of development of scoliosis. New rehabilitation treatment. Possibility of prophylactics", Studies in Technology and Informatics, Research into Spinal Deformities 4, Vol. 91., IOS Press 2002, Amsterdam.Berlin.Oxford.Tokyo.Washington DC, pages 37 - 46.

 

2004 - la définition du III groupe étiopathogénétique des scolioses (III epg) - défaut de type "I" – une scoliose sans déformations (ou avec des déformations minimes), sans bosse (ou bosse minime), par contre avec la rigidité de la colonne vertébrale et souvent avec des douleurs de rachis, de zone lombaire et / ou de dos.

 

Les publications suivantes (2006):

() Tomasz Karski: "Recent Observations in the Biomechanical Etiology of so-called Idiopathic Scoliosis. New classification of Spine Deformity - I-st, II-nd and III-rd Etiopathological Groups", Research into Spinal Deformities 5, D. Uyttendaele and P.H. Dangerfield (Eds.), IOS Press, Amsterdam.Berlin.Oxford.Tokyo.Washington DC, 2006, pages 473 - 482.

() Tomasz Karski, Jaroslaw Kalakucki, Jacek Karski: "Syndrome of Contractures" (according to Mau) with the Abduction Contracture of the Right Hip as a Causative Factor for Development of the So-called Idiopathic Scolosis", Research into Spinal Deformities 5, D. Uyttendaele and P.H. Dangerfield (Eds.), IOS Press, Amsterdam. Berlin .Oxford. Tokyo. Washington DC, 2006, pages 34 - 39

[5] Rappel (przypomnienie) pour les parents et les tuteurs.

On peut bien prévenir et traiter efficacement les scolioses et les défauts de posture. Or, il faut changer d’urgence le système "d'exercices correctifs" parce que les exercices précédents (poprzednie) étaient en majorité nuisibles (szkodliwe) – cf. les chapitres plus loin sur Web Site (voir surtout "PHOTOS/FOTOS/ WYKLADY / LECTURES" / Recherche / Examination / Untersuchung" et "RECENT KNOWLEDGE on SCOLIOSIS" et aussi "Opinions sur les traitements".

On peut tout aussi efficacement traiter d’autres maladies, défauts et déformations de l'organe moteur chez les enfants et les adolescents.

Pour les détails, cf. les "sous-pages " (chapitres a gauche).

 

[6] Comment se forment les scolioses ?

Le rapport entre la marche et la station debout sur la jambe droite (pl.PKD). La nouvelle classification - la division en trois groupes et quatre types – est bien importante pour les diagnostics, les traitements de rééducation et la prévention:

(1) Scoliose en "S" - la déformation déjà primairement double/ à double arc (I epg - I groupe etiopathogénétique) avec la rigidité de la colonne vertébrale et avec la gibbosité - elle se développe dès les premières années de la vie (à l’âge de 2 - 3 - 4 ans). Elle reste en rapport avec la marche et la station debout sur PKD (la jambe droite), et elle est un défaut secondaire et évolutif.

(2 A) Scoliose en "C" / à un arc - lombaire, lombaire-sacral ou lombaire-thoracale / pectorale gauche (II / A epg) - sans rigidité et sans gibbosité – elle est en rapport uniquement avec la station debout sur PKD (la jambe droite). Le début de l’évolution – à partir des premières années de la vie; la déformation de la colonne vertébrale se manifeste à l’âge d’environ 10 – 13 ans.

(2 B) Scoliose en "S" / à double arc (II / B epg) - la déformation lombaire primaire, thoracale / pectorale secondaire - sans rigidité et sans bosse (garb) - aussi en rapport avec la station debout sur PKD (la jambe droite) – apparaît seulement chez certains enfants par exemple avec flaccidité polyarticulaire ou à la suite des mauvais (niew³a¶ciwe) / fortifiants / extensions exercices. Le début de l’évolution - dès les premières années de la vie; la déformation de la colonne vertébrale se manifeste à l’âge d’environ 8 - 10 ans.

(3) Scoliose en "I" (III epg) – on peut dire « scoliosis sans scoliosis «  - avec rigidité de la colonne vertébrale mais sans gibbosité (ou à peine visible), sans déformations / incurvation (ou à peine visible) La cause - le rapport avec la marche. Elle n'a pas de facteur "station debout au repos (na spocznij)" sur PKD (la jambe droite). Le développement commence dès les premières années de la vie, se manifeste dans la période juvénile (les difficultés éprouvées (odczuwane) pendant les cours d’éducation physique), ou à l’âge adulte (les douleurs de dos).

Le rapport de tous les groupes des scolioses avec le "complexe de contractures " voir (patrz) chez le Professeur Hans Mau (Tübingen / Allemagne).

 

[7] Comment se forment les scolioses ? - la déformation latérale de la colonne vertébrale et la gibbosité? L’explication de l’origine de la déformation - information générale:

Le mécanisme de la déformation est un "processus biomécanique" et dure plusieurs années. Il se manifeste quand l'enfant commence à se tenir debout (trzymaæ siê na stoj±co) et à marcher.

Pour les détails, voir ci-dessous.

Bien que les scolioses puissent se manifester au sein de la même famille (chez la mère, la fille, chez les frères et les sœurs), elles ne sont pas pour autant une déformation conditionnée génétiquement et ne sont pas héréditaires.

Ce sont seulement des facteurs "aboutissant à des scolioses" qui peuvent se manifester chez plusieurs membres de la même famille, mais ces facteurs ne sont pas hérités non plus. Liés au "complexe des contractures" (pour une description précise – voir plus loin), ils peuvent déclencher le développement des scolioses.

Ainsi (w ten sposób) - "une constitution du corps semblable à celui de la mère", "une constitution du bassin semblable à celui de la mère" observée à travers plusieurs générations de la même famille favorisent la formation "d’un complexe des contractures " - et ce dernier peut aboutir à une scoliose – si chez l’enfant « Syndrome des Contractures – Hans Mau» se manifeste. "Le complexe de contractures" se forme plus facilement dans le cas des grands fœtus (plus longs, plus lourds) et cela encore plus souvent chez les enfants venant de la première grossesse et aussi chez les meres avec un petit ventre (brzuch) et un bassin infavorable.

Nous soulignons encore une fois - les scolioses dites idiopathiques ne sont ni un défaut conditionné génétiquement, ni un défaut héréditaire, mais elles sont une déformation compensatoire qui se forme à la suite des causes biomécaniques.


[8] Le pathomécanisme du développement des scolioses – une explication biomécanique:

1/ Chez les enfants avec des scolioses, on observe une différence (asymétrie) de mouvements des hanches. La limitation des mouvements touche la hanche droite.

Ce qui est réduit, c’est:

A/ l’adduction (examen en position droit de la jambe),

B/ la rotation intérieure,

C/ l’extension

Attention: les lacunes (braki) de mouvements sont différentes quant à l’amplitude de deux hanches. Le modele « de mouvements de tous les deux hanches « a ete decrit en 2006 (voir cours / conferences - cliquez a gauche).

 

Quant à l'étiologie, nous parlons de:

A/ la contracture d’abduction de la hanche droite (ou de la limitation de l’adduction), B/ la contracture de la hanche droite dans la rotation extérieure,

C/ la contracture en flexion.


2/ Le déficit de mouvements de la hanche droite est une cause de l’asymétrie des charges du côté droit et gauche lors de la marche (cela est confirmé par l'analyse de la marche effectuée à l’aide d’un logiciel informatique / computer).

3/ L’asymétrie des charges (obci±zania) cause une asymétrie de croissance (ro¶niêcia) et du développement au niveau du bassin et de la colonne vertébrale. La scoliose en "S" (I er groupe etiopathologique [I-epg]- voir plus loin) avec la rigidité de la colonne vertébrale, avec la bosse costale du côté droit (ce qui est l’effet "de la déformation rotative de la colonne vertébrale") - se développe comme un défaut secondaire causé par les mécanismes décrits plus haut (le rapport avec « la marche »).


Par contre, la scoliose en "C" [II/A-epg] mais aussi en "S" [II/B epg – pour plus de détails de ce type de défaut, voir ci-dessus et ci-dessous] se forme chez les enfants ayant (maj±cych) l'habitude de se tenir debout « au repos » seulement sur leur jambe droite (!) ce qui s’est aussi confirmé dans les examens des enfants en Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Allemagne, Angleterre, Autriche, au Danemark, en Chine, à Cuba, en Finlande. Les scolioses - tous les types - comme nous l’avons déjà (ju¿) évoqué (omówili¶my) plus haut - commencent à se manifester à l’âge de 2 - 3 - 4 ans – c'est-à-dire, «quand l'enfant commence à se tenir debout et à marcher" (voir encore le chapitre "Types de scolioses").

À cause de "l’habitude de la station debout sur le membre inférieur droit", les enfants présentent des "traits spécifiques de la constitution du corps - comme par exemple, des traits (cechy) de flaccidité" ou bien (albo), suite aux exercices incorrects, on peut voir aussi se développer une scoliose en "S" [II/B-epg] mais sans rigidité de la colonne vertébrale, sans bosse (ou à peine visible) et sans traits d’évolution. Dans ce type de défaut – la déformation lombaire gauche est habituellement plus grande que la déformation thoracale / pectorale secondaire. Dans la nouvelle classification, ce type de défaut est désigné comme II/B groupe etiopathologique [II/B-epg]. Pour les détails, voir le chapitre "Types de scolioses".

 

[9] D'où vient l’asymétrie de mouvements de hanches?

Pendant certaines grossesses, les fœtus se développent de façon asymétrique et ainsi se forme "le complexe de contractures chez les nouveau-nés et les nourrissons", décrit de façon détaillée par le Professeur Hans Mau de Tübingen comme "Siebener [Kontrakturen] Syndrom" (pour plus d’information, voir le chapitre "Scoliose - pour les médecins").

C’est aussi l’origine des défauts liés au complexe de contractures (Prof. Hans Mau) - */une dysplasie innée de l'articulation de la hanche, */torticolis musculaire, */déformations des pieds, */défauts de posture, */scoliose infantile (scoliosis infantilis – qui est différente de celle idiopathique) et plus tard, de façon secondaire, une scoliose compensatoire - dite scoliose idiopathique (en ce lieu le Prof. Hans Mau ecrit « Haltungsschwäche »)

 

[10] "Le complexe de contractures " se manifeste plus souvent chez les filles.

En général, il est "gauche" ce qui explique cette même «géographie d’apparition de cette déformation dans les scolioses dites idiopathiques" - et aussi la manifestation plus fréquente de la dysplasie innée de l’articulation de la hanche gauche, par exemple.

La question de "complexe des contractures" a été abordée (temat podjêty) en Pologne en 1932 par le Professeur Wiktor Dega (qui a décrit les "utrapositions") et aussi par des chercheurs en Hongrie (Vizkelety), République Tchèque (Komprda, Maøik), Angleterre (McMaster, Green et Griffin), Suède (Sevastik, Normelli), France (Bensahel, Dimeglio), Finlande (Haikkila) et aux USA (Asher, Hawes, Stokes).

 

[11] Types de scolioses - une nouvelle classification (2001-2004/2006).


Information sommaire /préliminaire / repetes:

A/ La scoliose en "S" (I epg - Ier groupe etiopathogénétique), déjà à l’état primaire se manifeste avec la rigidité de la colonne vertébrale et une gibbositéen relation avec la marche et la station debout sur PKD (la jambe droite), dès les premières années de la vie; c’est une scoliose évolutive.

Dans les premières années de la vie, il n’y a pas de déformations visibles dans la radiographie. Ainsi (dlatego), pendant l’examen médical, il faut investiguer "différentes formes / degrés" de la rigidité de la colonne vertébrale. La déformation rotative et la déformation sur le plan sagittal est une première pathologie en 3D (tridimensionnelle) de la déformation de la colonne vertébrale. La confirmation est à chercher dans l'analyse de la marche effectué à l’aide du logiciel informatique – voir d’autres chapitres sur Web Site et en particulier "FOTOS/PHOTOS/WYKLADY/LECTURES" et de nombreux sous-chapitres.


B-1/ Scoliose en "C" (II / A epg)- sans rigidité et sans bosse - le rapport avec la station debout sur PKD (la jambe droite). La déformation physiologique primaire de l'axe de la colonne vertébrale à gauche se transforme après 10-12-13 ans en une scoliose fixe; qui est considérée par plusieurs auteurs de façon erronée comme "scoliose paralytique " ou comme "scoliose de dégénération de l’adulte" (nous voudrions expliquer ici que c’est la scoliose qui vient en premier deja chez les jeunes, et ce n’est qu’après des années de vie, de travail et de besogne [obowi±zków] – apparaissent certaines dégénérescences). Ce type de scoliose est sans évolution.

B-2/ Scoliose en "S" (II / B epg)- sans rigidité et sans la bosse - le rapport avec la station debout sur PKD (la jambe droite). Elle se manifeste dans des conditions spéciales, par exemple, avec la flaccidité polyarticulaire, après "un traitement erroné". La déformation lombaire est primaire, la déformation thoracale / pectorale est secondaire. Ce type de défaut est sans rigidité de la colonne vertébrale, sans bosse (ou à peine visible). Ce type de scoliose est sans évolution (n’est pas évolutif). Comme on a dit plus haut « certains types de cette scoliose sont ‘kifoscoliose’ «. 

C/ Scoliose "I" (III epg)- avec la rigidité de la colonne vertébrale, sans bosse (ou à peine visible), sans déformations (ou à peine visible). Elle est en rapport avec la marche.

Beaucoup de gens qui souffrent des douleurs ignorent «ces scolioses sans déformations "(!), ils ne sont pas conscients d’avoir des défauts de la colonne vertébrale.

Les adolescents éprouvent des difficultés pendant les leçons d’éducation physique à cause des "rigidités" de la colonne vertébrale (!). J’explique: pendant ‘les culbutes en arriere’ l’enfant se renverse du coté. Cette "habilité réduite" est jugée seulement comme un problème relatif à l’éducation physique (attitude de l'enfant envers cette matière scolaire) et non comme problème de la santé et de l’habilité de l'enfant.

Les adultes éprouvent des douleurs localisées dans la région "du dos" - alors ils s’adressent aux médecins de maladies internes, cardiologues, neurologues, rhumatologues - et pourtant, le problème est d’ordre orthopédique.

Nous expliquons: toute perte de mouvements - de chaque articulation - se manifeste souvent par les douleurs. Au premier chef, de tels patients ont besoin d’un traitement orthopédique / de rééducation / de cure et non d’un traitement pharmacologique [coûteux (!) et souvent peu efficace](!). Ce type de scoliose (scoliose III epg) est une déformation sans évolution.

Il y a le rapport entre chaque type de scoliose et "le complexe de contractures " – (Voir « syndrome contractures » le Professeur Hans Mau (Tübingen / Allemagne).



[12] Comment diagnostiquer les scolioses? - des conseils pour les parents.

Voilà quelques observations à faire:

*La colonne vertébrale de l'enfant perd la capacité de se redresser (traci zdolno¶c do wyprostu).

*Dans la flexion antérieure (Adams’ test – bending test for scoliosis) – au lieu d’avoir la forme de l'arc" le dos est droit et rigide; les apophyses épineuses (processi spinosi) ne sont pas visibles.

* »Lublin – test » – modification du test de Adams – « side bending test for scoliosis » - inclination a la jambe gauche et droite. Ce test est plus sensible et plus efficace que « Adams test ».

*Pendant le redressement du tronc après "la flexion " – on peut observer "un co-mouvement latéral" (concerne certains enfants à l’âge de 3 – 6 ans) – observations de 1981 (!).

*On voit apparaître l’asymétrie de la taille. L’accentuation de la taille du côté droit et son nivellement du côté gauche marque le développement de la scoliose II du groupe etiopathogénétique (scoliose en "C"), l’accentuation de la taille du côté gauche et son nivellement du côté droit signifie l’évolution (ou son état déjà avancé) de la scoliose du I-er groupe etiopathogénétique (scoliose en "S" avec la bosse).

Pour plus de détails, voir dans le chapitre "Scoliose - pour les médecins".

*Les enfants ont des difficultés pendant les leçons d’éducation physique, par exemple pendant les roulades (à cause des rigidités de la colonne vertébrale!). Ils ne sont pas capables d’exécuter "des roulades arrière".

Une aide précieuse pour le diagnostic réside dans "le test de station sur les jambes croisées – avec la jambe droite par derrière", "le test de station sur la jambe gauche ou sur la jambe droite ".


Nous voudrions expliquer: les enfants menacés (zagro¿one) par la scoliose ou qui en sont déjà atteints – se tiennent debout "au repos » uniquement sur la jambe droite. Il a été confirmé avec toute certitude en Pologne (1997 – 2011) et dans beaucoup d’autres pays que les enfants atteints d’une scoliose ont l'habitude de se tenir debout «au repos» sur la jambe droite (PKD - la jambe droite), ils ne le font jamais ou rarement sur la jambe gauche.


La station sur PKD est un facteur additionel a cote «  de la marche » de l'évolution des déformations dans les scolioses en "S" avec la gibbosité (I groupe etiopatogénétique – I epg) et est l'unique facteur dans le développement des scolioses en "C" - (II/A groupe étiopathogénétique (II epg) et aussi des scolioses en "S" (II/B epg).

Remarque - les filles qui ont "l'habitude de se tenir debout sur les jambes croisées la jambe droite devant la gauche, ne souffrent pas de scolioses ou bien ce défaut est minime ( !).


Ce qui est en plus important, c’est la manière dont on est assis. Exhorter (zalecaæ, drêczyæ) les enfants - "Tiens-toi tout droit", cela appartient déjà au passé !!! Tous les enfants devraient être assis en position libre. Nos conclusions polonaises - d’il y a déjà 16 ans – ont été récemment confirmées aussi par les médecins de Aberdeen en Grande Bretagne. Les opinions des orthopédistes anglais ont été relatées dans la presse polonaise. Helas, les opinions de Lublin (1997) n’ont pas ete relatées dans la presse polonaise ( !).

Voir aussi plus bas – Qu’est-ce qui protège contre la scoliose en "S" avec la gibbosité et la rigidité ? (Ier groupe epg).

D’autres traits (inne cechy) de la scoliose à l’état initial seront indiqués par le médecin.

Chaque orthopédiste devrait:

1/ vérifier l’amplitude d’adduction des hanches dans la position redressée de l'articulation, éventuellement, la présence de la contracture dans la rotation extérieure de la hanche droite, la coprésence de la contracture en flexion de la hanche / des hanches,

2/ vérifier la forme du dos pendant la flexion (le test d’Adams et le test "de Lublin" qui est plus sensible),

3/ vérifier les mouvements rotatifs des hanches dans la station debout (nouveau test - de 2006)

4/ déterminer les facteurs contribuant et les facteurs de risque tels que:

a/ symptomes significant « Syndrome de Contracture – Hans Mau » comme torticollis, plagiocephalia, DDH et d’autres.

b/ la constitution asthénique ou pycnique du corps,

c/ la coprésence de la flaccidité musculaire ou de la sub-spasticité,

d/ la coprésence d'autres maladies (par exemple du rachitisme – ce qui a été déjà remarqué bien à propos par le professeur Adam Gruca, il y a des années),

5/ la présence d'anomalies anatomiques (rachischisis latent de la colonne vertébrale, le thorax maladif – pectus infundibuliforme).

6/ et toujours vérifier "l'attitude" / envie ou non de l'enfant de faire du sport.


[13] Nous voudrions expliquer: chaque forme de sport est favorable. Les meilleurs exercices sont du type karaté, kung fu, yoga et d’autres.

C’est ce qui protège contre la scoliose du groupe I (I epg - scoliose "S" avec la rigidité de la colonne vertébrale et la bosse costale du côté droit – une excessive kyphose thoracique « physiologique », le dos (plecy) rond (dorsum rotundum) caractérisés par des étiologies diverses ou bien aussi la maladie de Scheuermann. Ici je voudrais expliquer – « dorsum rotundum » protège contre la scoliose.


Nous voudrions souligner (podkre¶liæ) encore une fois que la deformation dans laquelle domine "une kyphose thoracique excessive" protège contre la déformation scoliotique - c'est-à-dire, contre la scoliose dont le trait primaire est "la disparition de la kyphose thoracique – en « S » I epg" ou même "le processus de lordose - lordotisation" de la colonne vertébrale au niveau du thorax. Cela démontre l’efficacité des exercices "de kyphosition " dans le traitement des scolioses ; en revanche les exercices "de redressement» sont nuisibles (!)

Les enfants devraient (powinny) donc être assis "à l’aise" (de façon physiologique) et non "tout droit".

 

Les défauts désignés sous le nom de "kyphoscolioses" sont verifiees et sures et devraient etre confirmees par d’autres spécialistes.


Nous voudrions seulement expliquer ici que la formation des scolioses est un processus de plusieurs années (le début, c’est quand l'enfant commence à se tenir debout et à marcher !) et à travers le temps, le tableau clinique des scolioses est soumis "à diverses transmutations".


Nous voulons rappeler – dispenser l'enfant des leçons d’éducation physique était / est une erreur. Une autre erreur dans le traitement consiste à appliquer des exercices de « de bonne posture », "fortifiants". Ces exercices - autrement dits "correctifs", fortifiants, ou encore "de la posture correcte" s’avèrent très nuisibles.

Ainsi, la "la correction" consistant en un système d'exercices mentionné ci-dessus est nuisible!!! Meme les Centres de Physicale Reeducation (Rehabilitation) les plus conservatifs ont change le systeme des exercises. Bravo (!)


[14] Comment traiter les scolioses?

Nous assistons à de grands changements de la conception du traitement.

Les exercices précédents (poprzednie) de rééducation tels que: l’élévation du corps jusqu’au niveau de la table de rééducation, les exercices à plat ventre, les exercices avec auto-correcteur, les exercices avec la balle, avec le barreau, les exercices sur le banc, les exercices fortifiants et ceux qui "forment un corset musculaire", la natation à la grenouillette simulée dans l’air, les exercices "de la barcelonnette", "les exercices aux échelettes (drabinki)", "les exercices correctifs" prescrits selon les principes anciens - se sont révélés extrêmement nuisibles.

Après ces exercices, "le raidissement" de la colonne vertébrale se fixait et en même temps la scoliose et la gibbosité s'accroissaient.

Mieux vaut ne pas traiter l'enfant du tout que le traiter avec de mauvais exercices ( !).

 

[15] Les nouveaux exercices dans le traitement des scolioses.

 

Le but fondamental des exercices, c’est la suppression des contractures qui sont un facteur étiologique de fixation et d’amplification de la scoliose.

Les enfants et les adolescents avec des scolioses ou avec le risque de scolioses devraient être encouragés à l’activité physique, aux leçons d’éducation et ils devraient faire du sport sous toutes les formes.

Les meilleurs exercices, ce sont les exercices du type Karaté, Tae kwon-do, Aikido, Tai chi, Kung Fu, le Yoga, les exercices acrobatiques, la danse. La natation dans la piscine est bien agréable et utile mais ne traite pas les scolioses.

Les systèmes d'exercices pour les enfants avec scolioses doivent comprendre:

Les exercices qui contrecarrent la contracture de la hanche droite (contracture d’abduction, de flexion et dans la rotation extérieure).

Les exercises de « streching » dans les positions qui contrecarrent les contractures de la hanche droite / contractures de flexion des deux hanches.

Les exercices qui contrecarrent le raidissement de la colonne vertébrale.

Les exercices de flexion vers la jambe droite et gauche dans la station debout (w pozycji stoj±cej) qui contrecarrent les contractures des tissus (soft tissues) du côté droit et gauche de la colonne vertébrale.

Encouragement à la station debout sur le membre inférieur gauche (le membre droit reste "au repos")- dans la chaque situation - après un examen préalable des hanches (!). D’abord il faut verifier s’il n’y a pas de dysplasie (displasia coxae congenita - DDH). Cela donne lieu à la correction de la courbure lombaire gauche.

Chez les enfants du II groupe etiopathogénétique nous appliquons souvent la semelle placée sous le membre inférieur gauche (la jambe gauche - LKD). Cette manière de traitement est aussi appliquée par le Professeur Stefan Malawski (Séance de la Section de PTO de Lublin et du Tr Lublin/Zamo¶æ/Krasnobród, il y a plus de vingt ans).

Les exercices du type "mi-écart " (comme dans le karaté). Les exercices dans la position couchée - "mi-roulades arrière".

L’assiette «libre », jamais tout droit!

Information pour les instituteurs: chaque enfant qui reste assis "trop droit" est menacé de scoliose! Il devrait être immédiatement consulté par un orthopédiste qui est au coursant "des nouveaux principes du traitement des scolioses dites idiopathiques". Le commencement du traitement approprié chez les enfants de l’ecole maternelle et de la 1ere – 2eme – 3eme classe d'école primaire - protègera efficacement contre la déformation en forme de la scoliose et la gibbosité! (les détails à diagnostiquer – voir le chapitre " Types de scolioses" et "Scoliose - pour les médecins" – en polonais, en anglais, en allemand).

Il convient de dormir sur un côté, en position de fœtus (cette position contrecarre les rigidités de la colonne vertébrale).

Environ 20 % de patients du Ier groupe étiopathologique (scolioses doubles en "S") et 10 % du II/B epg ont besoin de porter des corsets orthopédiques (modele Prof. Jacques Cheneau ou « modele Lublin »).

Le médecin connaissant l'étiologie des scolioses et les principes du nouveau traitement, devrait déterminer le type et le nombre d'exercices.

 

 

 

[16] Les résultats du traitement de rééducation selon les principes nouveaux.

L'efficacité du traitement a été mesurée en pourcentages sur la base des recherches scientifiques citées ci-dessous (materiel de 1995 – 2005). En général, on a évalué 434 enfants (l’ouvrage 1) et 629 enfants (l’ouvrage 2).

1. Karski T.; Biomechanical Explanation of Etiology of the So-Called Idiopathic Scoliosis. Two etiopahtological Groups - Important for Treatment and Neo-Prophylaxis Pan Arab. Orthop. Journal, Vol. (9) (1)/ January 2005 pp 123-135,

2. Karski T, Madej J, Rehak L, Kokavec M, Karski J, Latalski M, Ka³akucki J.; Nouveau traitement de rééducation des scolioses dites idiopathiques – efficacité de la thérapie (New conservative treatment of the so-called idiopathic scoliosis; effectiveness of therapy), Ortopedia Traumatologia Rehabilitacja, Vol. 7, nr 1, 2005, pp. 28-35,

Dans Ier epg (scolioses double du type "S" avec gibbosité):

1/ le recouvrement de l’axe correct de la colonne vertébrale - 18% enfants (scoliosis incipiens et déviations du Ier degré, les bébés qui n’ont pas été traités avec des exercices nuisibles)

2/ la diminution de la déviation - 60% enfants (déviations du I/II degré, les bébés qui n’ont pas été traités avec des exercices nuisibles).

3/ l’arrêt de l’évolution de la scoliose - 9% enfants (déviations du II degré, les bébés qui ont été traités avec des exercices des exercices nuisibles pendant une courte période)

4/ l’évolution de la déviation - 13% enfants (déviations du III degré, les enfants qui ont été traités avec des exercices nuisibles pendant une période plus longue)

Dans II/A epg ou II/B epg - scolioses du type "C" ou "S", sans déformation rotative, sans gibbosité:

1/ le recouvrement de l’axe correct de la colonne vertébrale - 39% enfants (déviations du Ier degré, les bébés qui n’ont pas été traités avec des exercices nuisibles)

2/ la diminution de la déviation - 32% enfants (déviations du I/II degré, les bébés qui n’ont pas été traités avec des exercices nuisibles).

3/ l’arrêt de l’évolution de la déviation - 26% enfants (déviations du II degré, les enfants qui ont été traités avec des exercices nuisibles pendant une courte période)

4/ l’évolution de la déviation - 3% enfants (déviations du III degré, les enfants qui ont été traités avec des exercices nuisibles pendant une période plus longue)


Les corrections et la suplementation ont ete faites le 9 fevrier 2011.


Certaines informations ont ete repetees plusieurs fois – les nouvelles connaissances exigent (wymaga) la reflexion et la comprehension.


(H.W. et T.K.)


 
Data modyfikacji: 2012-10-14 Strona przygotowana przez Prof. dr med. Tomasza Karskiego